Opportunités d’investissement

Parmi tous les secteurs économiques prometteurs, les secteurs suivants sont particulièrement intéressants.

Minerai

Les études géologiques et les explorations minières ont démontrées l’existence de ressources minières d’importance variable à Madagascar. Certaines d’entre elles ont déjà été exploitées industriellement comme les chromites, le nickel ou l’ilemite. Le pétrole, le fer et l’uranium sont tout particulièrement exploités. Des projets d’exploitation de plus petite taille sont également en cours pour les pierres précieuses (rubis, saphirs et emeraudes), pierres semi-précieuses (cristal, quartz, marbre, graphite et labradorite) ainsi que pour des métaux rares (l’or notamment).

Trois importants projets d’investissement sont actuellement en cours d’implantation avec succès à Madagascar :

  • Projet d’extraction de Nickel et de Cobalt à Ambatovy ($3.3 milliards). La Joint Venture formée par des entreprises japonaises, coréennes et canadiennes devrait commencer la production en 2010 avec une capacité de production estimée à 60 000 tonnes de Nickel, 5600 tonnes de cobalt et 19 000 tonnes de sulphate d’ammonium par an.
  • Projet d’extraction d’ilmenite à Taolagnaro mis en oeuvre par un investisseur canadien. La production démarrera en 2009 avec une capacity initiale de 750 000 tonnes d’ilmenite et 250 000 tonnes de zirconium par an.
  • Projet d’extraction d’ilmenite, de zirconium et de rutile de qualité supérieure à Toliara mis en oeuvre par une société australienne en association avec une companie minière sud-africaine.

Pour plus d’informations sur le secteur minier, vous pouvez consulter ce site : http://www2.gaf.de/bpgrm/

Tourisme

Principalement dans le domaine de l’écotourisme, Madagascar attire un nombre toujours plus grand de touristes ces 6 dernières années. Grâce à sa faune et sa flore unique, des sites touristiques encore sous-développés et une demande en augmentation, il y a d’importantes opportunités d’investissement dans le secteur de l’hospitalité et des services liés au tourisme (transport, circuits etc…).

Les companies étrangères dans le secteur du tourisme peuvent acheter du terrain sous certaines conditions détaillées dans la loi et il y a 22 réserves mises en places par le gouvernement pour le tourisme dans des zones à fort potentiel.

Agriculture

A peu près la moitié de Madagascar est cultivable (soit 18 millions d’hectares) mais aujourd’hui moins de 5% de la surface est cultivée. Grâce à ses climats variés et sa terre fertile, tout pousse à Madagascar. Par exemple, Madagascar produit actuellement du riz, des fruits, des légumes, de la vanille, des épices, du coton, du bio-carburant et des huiles essentielles. Et grâce aux propriétés de son sol, les produits de Madagascar sont reconnus internationellement pour leur qualité.

Madagascar peut être une source de nourriture compétitive sur les marchés régionaux et mondiaux. La main d’oeuvre agricole est disponible et peu chère car 70% de la population malgache vit en zone rurale. Avec une demande alimentaire mondiale en augmentation et une production insuffisante, l’investissement dans l’agriculture et le secteur alimentaire est tout particlulièrement intéressant.

Zones et Entreprises Franches

Depuis la loi 89-027 de décembre 1989, le gouvernement malgache a mis en place plusieurs incitations pour les sociétés tournées vers l’export avec des zones franches. Notamment :

  • Exonération de taxe à la création d’entreprise
  • Exonération des taxes professionnelles
  • Taxes sur les dividendes limitées à 10%
  • Exonération d’impots sur le revenu pendant 5 ans puis 10%
  • Exonération des taxes douanières sur les intrants et équipements importés
  • Liberté des transferts de fonds en fin d’activité

Ces sociétés doivent exporter au moins 95% de leur production.

Les industries à fort taux de main d’oeuvre, comme l’industrie textile, ont déjà profité de ces incitations. Et grâce à l’accès simplifié aux marchés européens et américain avec l’AGOA (American Growth Opportunity Act) et les accords commerciaux bilatéraux, ces sociétés ont bénéficié de ces opportunités. Et avec la participation de Madagascar dans le SADC (Southern African Development Community), le COMESA (Common Market for Eastern and Southern Africa) et la COI (Communauté de l’Océan Indien), ces opportunités ont augmenté significativement.

Construction

Les investissements publics et privés dans l’infrastructure (routes, ports) et installations de production ont créé une forte demande pour les produits et services liés à la construction. Il y a des opportunités pour les entreprises avec l’expertise et les ressources nécessaires. Des sociétés françaises, chinoises, japonaises, malaisiennes ont trouvés leur place dans le secteur.